Comment se portent les directions d’école ? 

Une étude parue en 2014 de Michel St-Germain, Jean-Christophe Durand, Emmanuel Poirel,  Carole Sénéchal , André Savoie, Luc Brunet et Manon Théorêt auprès de plus de 300 directions d’école de l’Ontario et du Québec met en évidence que :

« L’inadéquation entre les demandes et les ressources disponibles indiquent que le poste de direction est stressant à cause de la charge de travail et la charge émotive, des responsabilités à assumer, des défis à relever, de la complexité.

La reconnaissance, la valorisation, et le feed-back sur le travail manquent bien souvent.

La qualité de vie sociale et familiale est mise en danger par la charge de travail et les demandes s’exerçant sur les directions. […]

Finalement, malgré une tâche difficile et complexe, des demandes jugées trop lourdes, des défis et responsabilités considérables, on trouve un niveau de satisfaction et de bien-être relativement élevé.
Pourquoi ?

La réponse réside en quelques bouts de phrases : la passion pour leur travail, le désir de faire une différence, la réalisation de soi, le sentiment du travail bien fait. Ce sont des professionnels qui exercent un métier difficile en y mettant du cœur à l’ouvrage.

Mais un risque demeure : l’essoufflement et l’épuisement professionnel. »

Pour en savoir davantage : Professionnalisation et santé chez les directions d’établissement scolaire : entre tensions du métier et construction d’une identité professionnelle paru dans Éducation et vie au travail: perspectives contemporaines sur les parcours de vie professionnelle, Tome 2